Présentation, historique et travaux

du réseau Européen Eglises et Libertés

préparé par le secrétariat 30 janvier 2009

I     Création et Genèse
II     Objectifs et Orientation
III   Travaux
    III.1 Pour une Eglise Prophétique
    III.2 Interactions religion/Société
IV   Coopérations au sein du réseau
V   Publications

I Création, Genèse et évolution du groupe

              L’idée de la création d’un réseau de mouvements de catholiques réformateurs partageant des idéaux communs est née  des rencontres personnelles entre Hubert Tournès, membre du mouvement français Droits et Libertés dans les Eglises (DLE)[1] et Gerd Wild, membre du mouvement Initiative Christenrechte in der Kirche et des membres du Mouvement néerlandais du 8 mai. Ces rencontres ont débouché sur la préparation d’une Conférence européenne pour les droits et les libertés dans l’Eglise (CEDLE) qui a eu lieu en 1990 à Huissen (NL), conférence rassemblant les mouvements allemands, belges, français et néerlandais qui militaient pour les droits et les libertés dans l’Eglise catholique. 

Cette idée a été murie lors de la conférence où il été décidé d’élargir les encontre annuelles à d’autres associations.

              Le Réseau européen Eglises et Libertés  (EN/RE) est né lors de la deuxième Conférence européenne pour les droits et les libertés dans l’Eglise (CEDLE) qui a eu lieu à Eschborn près de Francfort en Allemagne en 1991, année aussi de la première rencontre du réseau de langue allemande Kirche im Aufbruch (Eglise en mouvement). En 1995, il a été décidé que la CEDLE ferait partie du réseau Européen, puis elle s’est récemment dissoute dans le réseau européen. Le groupe évoluant et s’élargissant, il a été décidé en 1996 de rédiger une charte qui a ensuite été amendée à plusieurs reprises, la charte actuelle datant de 2005 (www.european-catholic-people.eu).

            Au départ, le Réseau était focalisé sur les problèmes internes à l’Eglise catholique. C’est pourquoi, se sont associées au réseau européen de nombreuse branches du mouvement international « Nous sommes l’  Eglise » fondé à Rome en 1996 à la suite du référendum sur une Pétition du peuple chrétien (www.are-church.org)  lancé en 1995 par des catholiques en Autriche, puis en Allemagne et Sud-Tyrol  pour un renouveau de l’Eglise catholique dans l’esprit de Vatican II et signé par 2.500.000 personnes.

            Cependant, la préparation du Traité constitutionnel européen  (TCE) a amené le réseau Européen a évoluer et à s’intéresser de plus en plus aux relations Eglise et société dans l'Union européenne et à prendre une part active au débat public sur les article du projet de traité à ce sujet et en matière de démocratie participative et à faire de même lors de la préparation du traité de Lisbonne. Ce fut le premier engagement civique du Réseau européen qui s'est ensuite investi, depuis 2002, dans les Forums Sociaux Européen au cours desquels il propose des séminaires permettant une réflexion évangélique sur les thèmes des forums.

            Lors de sa rencontre annuelle de 2004 à Zurich, le Réseau Européen a alors décidé d'accroître son implication civique et sociétale, notamment au niveau européen. Il a ainsi décidé de demander le statut participatif au Conseil de l’Europe. Cette orientation l’a amené à modifier en conséquence ses objectifs énoncés dans sa charte, modifications approuvées lors de la rencontre annuelle de Madrid en 2005. Le réseau Européen s’est alors investit dans le groupe de travail multiparti sur religion et Politique du parlement européen. Il participe à tous les travaux de ce groupe et fait entendre une voie de catholiques qui ne partagent pas nécessairement les mêmes orientations que les représentants de l’institution.

            En même temps que s’élargissait son intérêt vers les problèmes de société traités par les institutions européennes, le réseau européen décidait de s’ouvrir au dialogue interreligieux lors de la rencontre annuelle de 2005 à Madrid, puis au dialogue interconvictionnel lors de la rencontre annuelle de Wiesbaden en 2006. Le Réseau Européen a ainsi organisé un séminaire avec les orthodoxes et les musulmans lors du Forum Social de Londres en 2005, puis élargi à d’autres convictions dans les années suivantes. En parallèle, le réseau Européen mettait en place un groupe de travail International, Interculturel et Interconvictionnel, appelé G3I, et rassemblant des représentants d’associations et de personnes de religions, convictions et cultures différentes provenant de différents pays de l’Europe pour réfléchir aux problèmes de la cohésion sociale et de la laïcité dans une Europe multiculturelle et multiconvictionnelle.

            Le développement des activités du  réseau européen et les travaux qu’il a menés sur le dialogue interculturel et interconvictionnel ainsi que sur les  interactions religion/société au niveau européen à la fois au sein du Conseil de l’Europe, au sein  du groupe de travail multiparti sur religion et Politique du parlement européen et dans le cadre des Forums sociaux européens,  a amené le Conseil de l’Europe  a lui accorder le statut participatif en janvier 2008.  Ce statut permet au Réseau Européen de participer activement aux travaux du Conseil de l’Europe, et plus particulièrement de sa conférence des OING, et d’apporter ainsi l’expérience et la vision de chrétiens réformateurs.

             La rencontre annuelle de 2008 du Réseau Européen à Strasbourg, précédée la veille par la tenue du Conseil d’IMWAC, a accueilli la Coordination européenne des Communautés de Base. Cette concertation a permis à IMWAC, à la Coordination Européenne des Communautés de Base et au Réseau Européen Eglises et Libertés  de se concerter pour coordonner leurs actions ecclésiales respectives.

II Objectifs et Orientations
         
La nature du réseau Européen, ses
objectifs et son orientation sont définis dans sa charte dont des extraits sont donnés ci-dessous

 Préambule

…….

(b) Le Réseau européen Eglises et Libertés est une convergence spontanée d’organisations  – associations, communautés, groupes et réseaux informels – de chrétiennes et de chrétiens majoritairement catholiques d’Europe partageant (1) la vision d’une Eglise prophétique, œcuménique, solidaire, aimante qui n’exclut ni ne discrimine et qui marche dans la voie de Jésus le libérateur et (2) la volonté d’œuvrer dans le respect de la diversité culturelle et religieuse pour la paix, la justice, la liberté, les droits humains et la démocratie, y compris dans l’Eglise Catholique. (Cf Déclaration des droits et libertés dans l’Eglise catholique, Réseau Européen 1994, http://droits-libertes-eglises.tk/ ).
( c) Le Réseau européen Eglises et Libertés est associé à des groupes et à tout mouvement ou réseau poursuivant les mêmes buts partout  dans le monde.
(d) Il se déclare membre de l’Eglise Catholique en qualité d’association jouissant de la liberté d’association selon le droit de l’Eglise catholique (Canon 215).

– Objets -  

Le Réseau a pour buts:
(a)   d’œuvrer, par la réflexion, la proposition et l’action, selon la vision et la volonté affirmées  au b) du préambule
(b)  d'apporter soutien et solidarité aux personnes et aux groupes qui partagent ses buts partout dans le monde
    

III Travaux

Ces travaux revêtent les formes suivantes :
- Organisation de colloques, de séminaires, d’ateliers de travail, de débats et rencontre
- Publication de rapports, de revues et d’ouvrages sur des thèmes correspondant aux domaines d’activité du RE/EN y compris des contributions et réactions aux travaux de commissions officielles tant des Eglises que des autorités et organismes de pouvoirs locaux, régionaux, nationaux et européens 
- Actions de sensibilisation, organisation de manifestations, prises de position publiques et envoi et soutien de pétitions.

 La plupart des travaux sont rapportés dans la revue semestrielle du réseau européen EURONEWS dont les cinq derniers numéros sont accessibles sur le site du réseau dans les 4 langues français, anglais, allemand et espagnol, à l’adresse :

http://www.european-catholic-people.eu/euronews.html

 Le travail du réseau Européen se situe 

1) au niveau de chacun des pays de l’Europe dans lesquels il est représenté par ses organisations membres. L’existence du réseau permet de soutenir ses associations membres qui sont ainsi moins isolées et de les aider en diffusant les contributions des autres membres.  Il n’est pas possible dans ce résumé de décrire tous les travaux effectués dans les différents pays. Il est recommandé de regarder ce que fait chacun des membres du réseau européen. La liste des membres avec leur site web est placée dans l’annexe II. 

2) au niveau européen. C’est dans ce domaine que l’existence du réseau est la plus spécifique car il peut aborder les problèmes au niveau européen en tant qu’ONG européenne. Il permet ainsi de reprendre les travaux des associations membres et d’en faire une recension au niveau européen, ce qui amplifie leurs contributions. Seuls les travaux du réseau Européen en tant que tel seront présentés dans ce rapport.

 Ce travail est effectué dans les domaines de compétence du réseau définis dans ses objectifs. Ils sont donc orientés dans deux directions :

 * Œuvrer par la réflexion, la proposition et l’action pour une Eglise prophétique, œcuménique, solidaire, aimante qui n’exclut ni ne discrimine et qui marche dans la voie de Jésus le libérateur

* Œuvrer par la réflexion, la proposition et l’action pour la paix, la justice, la liberté, les droits humains et la démocratie, y compris dans l’Eglise Catholique, dans le respect de la diversité culturelle et religieuse.

III.1  Actions pour une Eglise prophétique

 Cette action est menée en concertation avec le mouvement IMWAC et la coordination européenne des communautés de base.

 a) travail de recherche spirituelle

 Ce travail se fait

i) au cours de journées d’études organisées lors des rencontres nationales

Plusieurs thèmes ont été abordés. Les plus récents :

- « Les trois religions abrahamiques ont-elles un avenir sans patriarcat ? » Wiesbaden 2006.

Un bref compte rendu est donné dans EURONEWS 27 p 40, accessible sur le site du réseau européen à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/euronews27.pdf

- « Le peuple de Dieu dans un monde en mouvement » Lisbonne 2007

- « Implications de la sécularisation et de la laïcité pour la vie des personnes, des institutions religieuses et de l’intelligence de la foi. » Strasbourg 2008. La note d’intervention de Joseph Moingt s.j. est accessible dans EURONEWS 31 page 40 à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/euronews31fr.pdf

 ii) dans des ateliers spécifiques

a) Le réseau européen a entrepris un important travail de réflexion sur la spiritualité.

- Une première phase a été menée pour la préparation du 2ème forum mondial théologie et libération qui s’est tenu en janvier 2007 sur le thème « Une nouvelle spiritualité pour un autre monde possible ». Le texte de base préparé pour ce forum est accessible à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/nairobispiritualite1f.pdf

- Une deuxième phase a été un long travail sur ce texte effectué dans l’atelier spiritualité. Ce travail de réflexion est présenté dans EURONEWS 30 page 40, accessible à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/euronews30frsb.pdf

- Une troisième phase est une réflexion sur une spiritualité féministe qui fera l’objet d’une journée d’étude lors de la rencontre annuelle de Londres en 2009. Un document de travail est publié dans EURONEWS 31 page 84

http://www.european-catholic-people.eu/euronews31fr.pdf

 iii) présentation et discussion dans des forums

Un atelier a été tenu par le réseau Européen lors du 2ème Forum Mondial Théologie et Libération de Nairobi en janvier 2007, ainsi qu’au 2ème Forum Social Mondial. Un comte rendu a été publié dans EURONEWS 28 page 61

http://www.european-catholic-people.eu/euronews28.pdf

 
b) Un travail sur l’attitude du Vatican, les ministères et les communautés célébrantes : « Faire Eglise autrement ».

 i) Travail au sein du Réseau dans les journées de travail
 ii) Travaux en ateliers
Ce travail s’appuie sur les travaux réalisés dans les différentes associations membres et un atelier spécifique y a réfléchi. Un document de soutien au rapport « l'Eglise et le Ministère, 2007 des dominicains de Hollande a été publié .

 iii) Actions en réponse à des actions particulières

- Protestations dans plusieurs pays d’Europe (Allemagne, Espagne, France…) contre les positions de la hiérarchie catholique concernant l’homophobie, sa discrimination de genre
- Rapports sur les abus sexuels dans l’Eglise Catholique[2]

Ces rapports d’ONG,. –quinquennaux parallèles à ceux des Etats, sur la manière dont les lois du Saint Siège affectent l’application dans leur pays de la CIDE - comportent des recommandations à la Commission des droits de l’enfant de l’ONU, au gouvernement du pays en cause, aux autorités catholiques nationales, au Saint Siège. Ils ont été présentés à la commission des droits de l’enfant de l’ONU et transmis aux autorités religieuses et politiques du pays. Un suivi est assuré  
-
Protection contre le VIH-Sida et position de l’Eglise Catholique
- Nombreuses pétitions et textes publiés dans la presse

La dernière action a été la publication d’une interpellation pour le quarantième anniversaire de l’encyclique Humanae Vitae Cf. les comptes rendus dans EURONEWS 31 p 77 http://www.european-catholic-people.eu/euronews31fr.pdf

 c) Contribution à la 3ème assemblée œcuménique de Sibiu
Ce travail s’est fait dans le cadre du groupe des OIC du Conseil de l’Europe. Trois documents ont été préparés et soumis au secrétariat organisant cette troisième rencontre. Ces documents sont accessibles sur le site du réseau à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/sibiure.html

 d) Travail sur la place des femmes dans l’Eglise, réflexion sur le genre

- 28-30 mai 2005 : Atelier de la Conférence Annuelle du RE/EN  à Madrid « Un autre monde est possible  avec une Eglise rénovée sans discrimination de genres ».
- thème  de la journée d’études lors de la rencontre de 2006 à Wiesbaden: « Les trois religions abrahamiques ont-elles un avenir sans le patriarcat ? » Cf Euronews n° 27 p 40 http://www.european-catholic-people.eu/euronews27.pdf
- 20-21 Janvier 2006, soutien au colloque international et œcuménique «  Des femmes prêtres, enjeux pour la société et pour les églises » organisé par Femmes et Hommes en Eglise du Réseau des Parvis (membres du RE/EN) et le centre Genre en christianisme. 150 participant/e/s (Europe, Canada, ..) Actes publiés en Mai 2006, Hors-Série de la revue Parvis

 III.2 Travail au niveau des interactions religion Société

 Le réseau Européen se donne pour tâche
- de travailler dans le domaine des interactions et des influences réciproques entre société et  religion, entre vie culturelle et vie religieuse, ainsi qu’entre société, Etats et Eglises.
- de contribuer à rendre pacifiques, justes et constructifs, pour le mieux- être des personnes et de la société, tant en Europe que dans le monde, les rapports entre les hommes et les femmes ayant des religions différentes, entre les communautés religieuses et la société, dans le respect des droits de l’Homme, y compris les droits des femmes et les droits des enfants, dans le respect de l’égalité des genres et dans le respect des convictions et des croyances.

 a) travail de recherche interconvictionnel et actions au niveau des interactions religion/société
Ce travail se fait d’abord au sein du réseau lui-même, puis au Conseil de l’Europe, dans le groupe de travail multiparti du parlement européen, dans le cadre du G3I, dans le cadre des Forums Sociaux Européens et dans le cadre d’actions ponctuelles en réaction à l’actualité. Les comptes-rendus de ces activités sont publiés dans EURONEWS

 - Au sein du réseau Européen lui-même

  Des journées d’études ont été consacrées à l’Europe 

Ces journées d’étude rassemblent de 80 à 200 personnes selon les années
- Bruxelles (2003) : «  Eglise et société Européenne ». Il s’agissait de travailler sur le projet de traité constitutionnel, notamment les parties concernant les religions et la commission
- Madrid (2005 ) : « L’Espagne et l’Europe aujourd’hui : analyse de la situation et des positions des Eglises ». Atelier qui a abordé la question de la situation de l’Eglise en Espagne, vis-à-vis de l’Europe (Rapport publié dans Euronews n°25),
- Strasbourg (2008) : « La sécularisation dans une Europe multiculturelle et multiconvictionnelle en quête de cohésion sociale autour de valeurs communes' : Implication au niveau des personnes de convictions différentes, de la société civile (y compris les institutions religieuses), et de l’Etat. ». Les textes sont accessibles dans EURONEWS 31 pages 24-46 http://www.european-catholic-people.eu/euronews31fr.pdf

      Des ateliers organisés pendant les rencontres annuelles du réseau

Chaque année un atelier est consacré à l’Europe et aux positions que doit prendre le réseau Européen. L’atelier de l’année 2008 a été particulièrement consacré aux responsabilités du réseau dans le cadre de son statut participatif auprès du Conseil de l’Europe, atelier dans lequel la Présidente de la Conférence des ONG est intervenue.

D’autres thèmes sont abordés :

- 6-8 mai 2005 : Madrid « les bases du dialogue interreligieux et  interculturel dans l’Europe d’aujourd’hui » (Rapport publié dans Euronews n°25). Le travail de cet atelier est à l’origine du G3I dont il est question plus loin.

 - dans le cadre du Conseil de l’Europe

            Le réseau Européen Eglises et Libertés étant doté du statut participatif du Conseil de l’Europe, fait partie de la Conférence des OING du Conseil de l’Europe qui en est le quatrième pilier (les trois autres étant : le comité des ministres, l’assemblée parlementaire et le congrès des pouvoirs locaux et régionaux). Il est représenté dans cette conférence par un représentant officiellement mandaté. Dans ce cadre, le réseau Européen contribue aux travaux du Conseil de l’Europe en participant activement aux quatre sessions annuelles. Il fait entendre une voie de chrétiens de base (en majorité catholiques) sur les problèmes de société au Conseil de l’Europe qui jusqu’à présent s’appuyait essentiellement sur les interventions de la hiérarchie et de celle des Organisations Internationales Catholiques (OIC). Il est invité à participer aux travaux préparatoires des OIC ayant le statut participatif. Un compte rendu des activités est publié dans les numéros d’EURONEWS. Il a particulièrement travaillé sur la dimension religieuse du dialogue interculturel, lors de la préparation du livre blanc sur le dialogue interculturel du Conseil de l’Europe. Son représentant a été invité à participer à deux colloques de travail à St Marin et à Lisbonne.

 
- dans le cadre du groupe de travail multiparti sur religion et politique du parlement européen.

            Le réseau européen est représenté par deux membres dont l’un en assure le secrétariat. Ce groupe de travail donne les éléments de discussion et de décision aux parlementaires sur les questions dans lesquelles la religion est impliquée (concordats, subventions, prises de position, etc..). Le réseau européen joue un rôle actif dans ce groupe

 
- dans le cadre d’un groupe de travail ouvert à d’autres associations appelé Groupe International Interculturel et Interconvictionnel (G3I) dont le réseau Européen assure la coordination

            Ce groupe de travail est constitué de membres individuels et de membres représentant des associations de différentes cultures, différents courants de pensée (différentes religions, humanistes, agnostiques, athées). Il cherche à identifier et mettre en avant ce qui permet de vivre ensemble, notamment les valeurs partagées par tous. Il travaille
- à la clarification des concepts interculturel, interreligieux et interconvictionnel
- à définition, d’une laïcité européenne
- la recherche, dans le cadre d’une laïcité européenne, d’espaces dans lesquels les convictions peuvent s’exprimer sans être instrumentalisées par la politique et les pouvoirs.
Il a ainsi
- contribué au livre blanc du conseil de l’Europe Cf : http://www.european-catholic-people.eu/reponseg3i.pdf
- organisé en octobre 2007 un colloque au conseil de l’Europe sur le thème : « Cohésion sociale dans une Europe multiculturelle, rôle et impact des courants de pensée et des religions ». Un résumé de ce colloque a été publié dans deux revues et est accessible à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/articlecolloque3i.pdf et les actes de ce colloque sont en cours de publication et se trouvent sur le site du Conseil de l’Europe à l’adresse : http://www.european-catholic-people.eu/actecolloque3I.pdf
Il prépare actuellement un colloque qui devrait se tenir en 2010  à Bruxelles sur le thème : « Laïcité et Europe : espaces démocratiques et expressions des convictions »

 Le G3I est aussi invité à contribuer à différents colloques et débats :
- Mai 2008 dans les locaux de la commission européenne au colloque organisé par la Fédération Humaniste Européenne sur le thème « Laïcité et droits de l’Homme, valeurs universelles et indissociables »
- Mars 2009 dans les locaux du parlement européen à Bruxelles dans le cadre de la conférence débat « La laïcité de l’Union Européenne »

 - Dans le cadre des Forums Sociaux Européens

            Les forums sociaux européens altermondialistes sont des rencontres de militants et d’associations qui veulent réfléchir aux problèmes sociaux en Europe et contribuer aux solutions à ces problèmes. Si les réseaux chrétiens et catholiques ont été très présents dans les premiers forums, ils sont maintenant de moins en moins et le réseau Européen fait partie des quelques organisation de conviction chrétienne qui abordent les problèmes religion /société dans ces forums. Voici les conférences organisées par le réseau Européen en coopération avec d’autres organisations. Ces conférences attirent entre 60 et 200 participants suivant les années et les sujets :
- Florence (2002) on a discuté sur la manière de faire face à la globalisation à partir de la foi dans l’Evangile
- Paris St Denis ( 2003) « Quelle Europe voulons-nous en tant que Chrétiens »
- Londres (2004) :« Elaboration d’une perspective interreligieuse et prophétique pour les structures économiques et sociales de l’Europe et pour ses relations internationales. »
- Athènes (mai 2006) « Une Ethique sociale commune aux Religions Monothéistes pour le futur de l’Europe » Cf le compte rendu dans EURONEWS 27 p 58 http://www.european-catholic-people.eu/euronews27.pdf
- Malmö (septembre 2008) « 
Religions et le Mouvement pour la Justice Globale » Cf le compte rendu dans EURONEWS 31 p 54 http://www.european-catholic-people.eu/euronews31fr.pdf

 - Dans le cadre d’actions spécifiques en réponse à l’actualité

 Parmi les actions menées, on peut citer pour donner une idée :
- Octobre 2005,  le RE/EN a adressé une lettre de soutien à la présidente du GSRP du Parlement Européen pour avoir été à l’origine d’une question parlementaire soutenue par 37 membres du PE et discutée en séance plénière (5.sept 2005) sur la manière dont la Commission européenne entend structurer son dialogue avec les églises et les organisations non- confessionnelles de conviction.
- Travail et campagnes d’information sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE)[3] .
Les positions résultant de ce travail réalisé ont été présentées sur le site de la Convention pour l’avenir de l’Europe, comme contributions de la société civile au débat public (« Paix, Guerre, relations Nord-Sud, Libéralisme, Europe Sociale, Racines Chrétiennes, Dialogue Civil égal », 2003.).

Campagnes d’information sur le traité constitutionnel dans plusieurs pays
- Lettres adressées au président de la commission européenne et au Président du parlement européen  sur des sujets d’actualité. Quelques exemples :
Directive 'de la Honte', mai 2008, Visite de Benoît XVI 2007

 
c) actions concernant la politique européenne et les relations avec l’Afrique

 Organisation d’un atelier de travail
Lettres adressées au Président de la commission européenne et au rapporteur du parlement européen EPA mai 2008, cf EURONEWS 31 p 47 http://www.european-catholic-people.eu/euronews31fr.pdf

 d) actions concernant la politique européenne et les relations avec l’Amérique latine

 la création d'un atelier est à l’ordre du jour de la prochaine rencontre annuelle qui aura lieu à Londres en mai 2009.

 Ces démarches reçoivent de plus en plus habituellement des réponses, surtout de la part des parlementaires.

 IV Coopérations au sein du Réseau Européen

Les concertations se font en fonction des objectifs :

- en assemblée des délégués au cours de la rencontre annuelle du réseau européen
Cette rencontre rassemble les délégués de tous les membres du réseau (60 à 80 personnes) dans une ville différente chaque année. Elle est l’occasion de
* compte rendus des activités du réseau décidées les années précédentes et des projets en cours
* la tenue de l’Assemblée générale au cours de la quelle sont faites les élections des animateurs du réseau : secrétariat, trésorier, groupe de coordination et sont prises les décisions, sont définies les orientations pour l’année à venir, les projets communs et sont coordonnées des actions dans chacun des pays ;
*  travaux en atelier,  sur les sujets définis lors de la préparation de la rencontre ou de sujets dont le thème n’a pas encore été épuisé
* d’une réflexion collective sur un thème d’étude défini collectivement lors de la rencontre annuelle précédente
* d’échanges sur les activités dans chacun des pays membre.

- en Groupe de coordination entre deux rencontres annuelles
Pour des questions pratiques, il n’est pas possible de réunion tous les délégués plus d’une fois par an. Les délégués élisent donc chaque année lors de la rencontre annuelle les membres du groupe de coordination qui constituent l’organe de gestion du réseau. Il est consulté pour toute question concernant le réseau entre deux rencontres annelles : prises de position, documents à publier, actions à mener en réaction à l’actualité, etc. Cette consultation se fait essentiellement par courrier électronique, parfois par téléphone.

- via le secrétariat (qui peut être amené à prendre des décision)
Le secrétariat est composé de 4 co-secrétaires et du trésorier. Les consultations entre co-secrétaires sont relativement fréquentes et se font par téléphone ou par courrier électronique

 - via la revue semestrielle EURONEWS publiée en quatre langues et le site web
- via internet
Les membres échangent beaucoup via internet, surtout lors de la préparation des rencontres annuelles, lors d’évènements concernant le réseau européen se passant dans un des pays du réseau ou dans les régions avec lesquelles il a entrepris des contacts (Afrique et Amérique latine), ou lors de la réalisation de travaux dans le cadre des ateliers.

 V Revue, site web

 Le réseau européen édite une revue semestrielle, EURONEWS, un bulletin d’information à usage interne, EURONEWS Bulletin, et dispose d’un site web à l’adresse :

 La revue EURONEWS
http://www.european-catholic-people.eu/euronews.html
Elle est éditée par un des membres du secrétariat (actuellement François Becker).  Elle publie des comptes rendus d’activité, des articles de réflexion et des informations sur les associations membre. Elle est éditée de façon électronique et placée sur le site du réseau.

 Bulletin interne d’information EURONEWS Bulletin
http://www.european-catholic-people.eu/euronews.html
Ce bulletin publie les informations pratiques et les documents internes au réseau (budget, procès verbaux des Assemblées Générales, informations particulières). Ce bulletin est aussi édité par l’éditeur d’EURONEWS.

 Le site web
http://www.european-catholic-people.eu
Ce site en quatre langues est encore à l’état embryonnaire.  Sa rénovation est en cours pour le rendre plus attractif et plus lisible. Il crée en particulier des liens avec les sites web des associations membres (cf http://www.european-catholic-people.eu/associations.html )

 



[1] Un aperçu historique de la création de DLE et des mouvements réformateurs est donné sur le site de DLE http://droits-libertes-eglises.tk ). Il est né d’un manifeste de la liberté chrétienne initié par plusieurs frères dominicains et publié dans le journal « Le Monde » le 22 mars 1975.  La rédaction de ce manifeste a été améliorée grâce aux suggestions reçues par les premiers signataires. Cette version améliorée du manifeste, complétée par des commentaires et des considérants destinés à en fournir les attendus philosophiques et théologiques, à en fonder les diverses affirmations et à en éclairer la portée, a été publiée en 1976 par les éditions du Seuil sous le titre « Le Manifeste de la Liberté Chrétienne, Texte et Commentaires » et sous la signature de huit des premiers signataires, Gérard Bessière, Patrick Jacquemont, Robert Jorens, Jean-Pierre Jossua, Henri Péninou, Michel Pinchon, Bernard Quelquejeu, Hyacinthe Vulliez

[2]             Le Réseau européen a appelé le Saint Siège à présenter, comme il en a l’obligation, son rapport trop longtemps différé à la Commission des droits de l’enfant des Nations-Unies (CIDE) et y à inclure un rapport sur les abus sexuels commis par le personnel de l’Eglise précisant les mesures prises en faveur des victimes et pour la prévention

 

[3]                                 Le Réseau européen s’est élevé contre l’esprit libéral et l'insuffisance du volet social du TCE, qui va à l’encontre de l’option pour les pauvres et les exclus qu’il défend. Il a demandé que le dialogue des institutions de l’UE avec les Eglises et organisations non confessionnelles de conviction soit régi par les principes généraux de la démocratie participative inscrits dans le projet de TCE. Dans cet esprit il a demandé la suppression de l’art. I-52 TCE (initialement 37 et devenu art. 17 du traité de Lisbonne (Traité sur le fonctionnement de l'Union) susceptible d’ouvrir la voie à des privilèges pour les Eglises et à de possibles ingérences dans la prise de décision politique et législative . Il a signé avec plusieurs organisations  européennes un appel au retrait de cet article. Il a exprimé son opposition à une référence de valeur constitutionnelle, génératrice de division, aux racines chrétiennes de l’Europe ou à Dieu.